Mon expérience du lissage brésilien à l’Atelier du 8

Pour celles qui suivent le blog depuis un moment, vous savez peut-être que je me suis essayée au lissage brésilien après quelques années de cheveux naturels. Si j’étais folle de mon afro, j’ai fini par me lasser des efforts d’entretien à fournir quotidiennement pour garder une tête et un cheveu à peu près décents… Pour quelqu’un comme moi qui ne supporte pas passer des heures à se préparer, cette une coiffure est bien trop contraignante. C’est pourquoi je me suis intéressée à la technique du lissage brésilien. Compromis idéal entre coupe afro et défrisage il me semble.

J’ai donc réalisé mon premier lissage il y a un an et demi environ dans un salon Fabio Salsa qui a depuis fermé ses portes. Inutile donc de revenir sur cette expérience en détail. Je me contenterai simplement de souligner à quel point j’ai été satisfaite du résultat. Mes cheveux étaient vraiment brillants, légers, avec une belle matière après le soin. Sans compter que  l’effet a duré 6 ou 7 mois. En ce qui concerne le prix de la prestation, je n’en suis plus certaine, mais dirais qu’il oscillait entre 200 et 250 euros. Bien, maintenant ces éclairages apportés,  les éléments principaux transmis pour entamer la comparaison, allons-y! L’atelier du 8… Comment ai-je sélectionné ce salon? Pour être honnête: complètement par hasard. C’est  en cherchant un lieu de bonne réputation spécialisé dans le lissage brésilien que mon moteur de recherche m’a soumis en tête de liste l’Atelier du 8.

Je commence donc par farfouiller sur leur site internet pour me faire une idée de la qualité des différentes prestations proposées, et plus encore des tarifs appliqués. Humm… Les choses démarrent mal puisque pour les femmes aux cheveux afro (donc les personnes comme moi) rien n’est clairement indiqué. Il faut appeler le salon afin de  déterminer avec un employé un créneau pour être reçu ET un tarif. Je trouve la pratique à la limite du correct/légal. Toutes les informations sont parfaitement référencées pour les cheveux de type caucasien, et la prise de rendez-vous facile et rapide depuis le net. Les raisons qui rendent la même démarche impossible pour des clientes aux cheveux crépus m’échappent complètement… Quelqu’un pour m’expliquer peut-être?!? Ils ne vont tout de même pas me faire croire que je suis la première intéressée par leur service… La pratique permettant à la longue de calculer le temps nécessaire à la pose du soin selon la longueur du cheveux ou sa boucle, qu’y a t-il de si compliqué? Cela est d’autant plus étrange qu’en à peine deux minutes au téléphone la question est réglée. Nul besoin d’envoyer de photo ou de passer au salon pour que les professionnels réalisent un diagnostique. Quel est donc la mystérieuse entrave qui empêche à l’enseigne d’afficher des prix clairs, nets et précis pour CHAQUE femme? J’épingle ici l’Atelier du 8, mais la question est posée pour TOUS les salons. C’est un peu comme si nous allions chez le médecin, et que celui-ci déterminait son tarif selon l’origine ethnique de son patient (certaines pathologies étant plutôt propres à certaines cultures plutôt qu’à d’autres). Cela n’aurait aucun sens, et ne serait nullement éthique! Il n’est pas question d’appeler un secrétariat pour déterminer  au petit bonheur la chance le prix de la consultation. Bref… Mon petit coup de gueule passé, entrons dans le salon.

Il faut franchir de lourdes portes cochères, puis s’avancer jusque dans une cour intérieure, pour découvrir ce tout petit salon situé non loin des Champs Elysées, rue de la Boétie pour être précise. Il y a en tout et pour tout, trois sièges! Ce que je trouve formidable! Cela change du côté usine de Fabio Salsa. Là, on a un peu l’impression d’être comme à la maison. Et puis, n’est-ce pas comme au restaurant: abondance n’est pas signe de qualité? La décoration est simple, mais soignée. Tout en noir, blanc et or. Le propriétaire a misé sur la sobriété et l’élégance, ça fonctionne.

Crédit! Treatwell

Je m’annonce. Un employé m’installe dans un canapé noir capitonné, avant de s’enquérir de ce que je souhaite consommer: thé, café, soda, eau. Mon choix arrêté, une de ses collègues se matérialise devant moi, un plateau sur le bras. Non seulement la jeune femme m’accueille avec le sourire (ce qui à toute son importance) et ma boisson, mais aussi avec une boîte contenant plein de délicieuses sucreries. Miam! Que demander de plus pour sagement patienter? Rien pour ma part… Mais je n’ai de toute façon pas longtemps à attendre, puisqu’à peine quelques minutes plus tard, je suis prise en charge et conduite au bac pour mon shampoing. Hop, l’aventure commence!

Je ne suis pas une grande bavarde. Et encore moins quand je me suis noyée dans un groupe. Dès que je quitte le format duo ou trio, je m’efface et passe en mode observation. Ce n’est pas de la timidité. Simplement je n’aime pas bavasser à tout va. Donc si d’autres personnes peuvent s’exprimer, tant mieux! Bref… Tout ça pour vous dire que muette comme une carpe, je ne perds rien de la dynamique du salon. La chose est d’autant plus aisée, que le lieu est exigu. Je note quelques vannes entre collègues, des conseils échangés entre clientes, et beaucoup de tacles sur la genre masculine de toutes parts. J’ai l’impression d’être à une soirée filles avec mes copines. L’ambiance est détendue. C’est très agréable. Il y a côté de moi une femme qui déballe toute sa vie sentimentale. Elle est drôle, et ses anecdotes le sont plus encore. Elle débat à bâtons rompus avec la coiffeuse qui la prise en charge sur la fidélité des hommes, et le mariage. Vaste sujet, n’est-ce pas..?! La coiffeuse apostrophe son collègue pour qu’il partage son avis. Ça vit, ça parle, ça rit. J’adore! Ce que j’apprécie encore plus c’est que personne ne me force à rompre mon silence. Mon attitude discrète ne semble peser à personne. Tant mieux! Lorsque j’ai envie d’intervenir je le fais. Dans le cas contraire, si je désire passer une heure la tête plongée dans mon bouquin, pas de souci!

Mon soin continue avec l’application du produit. Puis la fixation de celui-ci grâce à une source de chaleur. OMG! Tout mon maquillage fiche le camp tant mes yeux pleurent. C’est horrible! Le produit brûle pique atrocement. Et pas seulement moi, mais ma coiffeuse, ma voisine et sa coiffeuse également. A croire que nous avons toutes les quatre plongées dans un bain d’oignons… Le supplice dure et dure encore. Pour pallier au problème la porte du salon est restée ouverte. Un mince filet d’air passe. Des ventilateurs sont ensuite mis en route. C’est mieux. L’air est un peu moins saturé de produits chimiques, mais nous n’y sommes pas encore. Grrr… Heureusement que la personne qui s’occupe de moi est adorable, et me fait rire! A tel point d’ailleurs que je finis par oublier ma gêne. Ouf ça y est, le sèche cheveux est coupé. Mes yeux arrêtent de couler. Il était grand temps… Tout mon mascara se trouve sur mes joues…

J’arrive au bout. Presque trois heures se sont écoulées, et lorsque je m’observe dans la glace je suis déjà éblouie! Un petit coup de ciseaux pour égaliser et le tour sera joué. J’ai presque l’impression de ne plus être la même femme. Le résultat est PARFAIT, au-delà même de mes attentes. Il n’y a pas simplement pas d’autres mots. Mes cheveux sont brillants, soyeux, aériens, souples, soignés en profondeur, en un mot: MA-GN-IF- IQUES!!! Je ne me sens plus…

19122229_1968913619997175_3971421482537451520_n

Il est temps de passer à la caisse: 300 euros svp. Bon l’addition est salée… Sacrément salée même… Mais je suis tellement contente du résultat que je passe outre. La coiffeuse me donne les consignes à respecter pour les jours suivants: pas question d’attacher mes cheveux, de les mouiller, pas de sport, d’utiliser un shampoing avec sulfate, et un coup de lisseur les matins suivants pour sceller ce qui a été fait aujourd’hui. Très bien. J’ai bien pris bonne note. Merci, et à bientôt! « A dans deux mois »! PARDON??? COMMENT??? A dans DEUX mois??? Mais pour quoi faire?  Refaire mon lissage. It’s a jock baby?! Cette charmante personne est en train de me dire toujours avec un sublime sourire que l’effet de mes 300 euros ne durera guère plus que deux petits mois?! Je serre les dents, la remercie et quitte le salon un peu chiffonnée tout de même. Si je respecte le rythme que cette jeune femme me soumet, à savoir lui rendre visite tous les deux mois, mon budget va plus qu’exploser! 1800 euros en un an simplement pour avoir les cheveux lisses et faciles à coiffe, ça mérite réflexions et négociations avec ma banquière…

Nous étions alors au mois de juin. J’y suis retournée pour la seconde fois en novembre. J’ai donc attendu 4 mois entre les deux lissages histoire de renflouer mes caisses. Le lissage a bien parfaitement tenu les deux premiers mois effectivement. Le troisième, ma tignasse était encore à peu près gérable en forçant un peu sur le brushing. Mais dès l’approche du quatrième j’ai rendu les armes. J’étais revenue au point de départ. Ma tranquillité, et le temps perdu le matin sont venus à bout de ma détermination de repousser encore l’échéance.

Heureusement, lors de ce second passage l’ambiance à l’Atelier du 8 était toujours aussi bonne, et le résultat encore plus époustouflant! Pourtant quelques détails m’ont encore fait tiller: la porte du salon restée ouverte pour aérer. Ce qui est tout de même problématique quand le thermomètre flirte avec le zéro. Heureusement des plaids ont été mis à la disposition des clientes. Une employée m’a rassuré à ce propos: un système d’aération plus performant doit être mis en place dès le mois de janvier. Je prévois donc de m’y rendre début février, histoire de voir s’il y a du changement de ce point de vue.

Les points forts de ce salon:

  • Le personnel au top!
  • L’accueil
  • Le cadre
  • La qualité de la prestation
  • La place de parking offerte par le salon pendant 4h

Les points faibles de ce salon:

  • La durée des effets du lissage (surtout comparativement au prix)
  • La qualité du système d’aération

Comme je vous le disais je me rendrai surement à l’Atelier du 8 courant février. Cela signifie donc que malgré les désagréments cités ci-dessus, c’est une très bonne adresse à mes yeux. Deux essais et à chaque fois j’ai quitté les lieux j’ai passé en ayant passé un excellent moment et ravie du travail qui a été réalisé. Ce sont les deux principaux éléments recherchés, donc c’est avec plaisir que j’y retournerai.

Je réfléchis néanmoins à tester le Fabio Salsa de la Défense. Cependant, les critiques sont si mauvaises que je me tâte vraiment. Myriam.K me fait aussi de l’œil. Mais après un rapide échange téléphonique et un devis de 400 euros avancé, je suis tout de suite refroidie. Affaires à suivre donc…

Bisous les élégantes!

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s